Spiruline de Brocéliande production 11

Culture de la Spiruline

La spiruline est une algue microscopique qui exige un réel savoir faire. De par sa nature fragile, les facteurs environnementaux tels que l’eau et l’air sont contrôlés quotidiennement. C’est pourquoi, nous sommes encore peu nombreux à la cultiver malgré l’engouement naissant pour ses bienfaits


Une culture du contrôle qualité

Parce que la spiruline se nourrit de tous les éléments qui l’entourent, aussi bien les nutriments bénéfiques que les toxines ou métaux lourds, la qualité de l’eau est contrôlée en permanence. Ainsi, grâce à des analyses nous surveillons sa température et sa composition. De plus, nos installations sont équipées de différents moyens de protection, permettant de se munir des pollutions extérieures éventuelles.

Parallèlement au contrôle de l’eau, l’environnement dans laquelle la spiruline est cultivée est également très maîtrisé. En effet, pour se multiplier normalement elle a besoin d’énergie lumineuse. En cela, le processus de photosynthèse doit être reproduit grâce à l’alternance de périodes ombre / lumière.

De plus, afin de répartir convenablement les nutriments naturels de l’eau et de l’énergie lumineuse – mais aussi pour renouveler la qualité de l’eau – nos bassins sont équipés d’un système rotatif, qui permettent de remuer l’algue. Ainsi, la spiruline située dans le fond remonte à la surface et peut alors se nourrir.

La culture de la Spiruline

1- Ensemencement

L’ensemencement est la première étape essentielle, qui permet de préparer le nouveau bassin de culture. Parce que la Spiruline est une algue qui se multiplie très rapidement (avec un taux de croissance de 20% par jour), il est primordial d’en calculer la densité de départ. A savoir, le nombre de dépôt de filaments idéal pour une bonne culture.

Puis, on augmente petit à petit le volume du bassin. L’important étant de conserver une concentration de spiruline suffisante pour éviter l’apparition de grumeaux, signe annonciateur d’un excès d’azote dans l’eau.

Enfin, on installe le système d’ombrage et de rotation. Ces différents équipements permettront ainsi d’éviter les risques de photoxydation par excès de luminosité et d’agglomération des filaments sur les bords du bassin, qui empêche la bonne dispersion de l’algue.

2- Nourriture minérale

Comme tout être vivant, la spiruline doit se nourrir de nutriments pour vivre. Mais trop de nutriments peut tout aussi nuire à son équilibre minéral. Pour éviter cela, l’apport nutritif est calculé selon la quantité de spiruline produite par photosynthèse et celle prélevée. L’objectif étant de conserver l’équilibre naturel qu’elle a besoin pour se développer.

Parce que les oligo-éléments naturellement présents dans l’eau des bassins ne suffit pas, il est nécessaire d’ajouter artisanalement certains ingrédients. Ainsi la spiruline se nourrit :

  • d’azote et de CO2. Ces apports de carbone sont ajoutés dès qu’un prélèvement a été effectué, ou en prévision d’un à venir, généralement dans les jours suivants.
  • de nitrate. Il permet de réduire la formation de grumeaux et de les vigorifier.
  • de quelques gouttes d’ammoniaque qui permettent la création rapide de CO2.
  • de bicarbonate d’ammonium qui permet de doubler l’apport d’azote et de CO2.

La Spiruline en images…